RESTER INFORMER!!!, REJOIGNER MAINTENANT NOTRE GROUPE TELEGRAM

CLIC ICI POUR NOUS REJOINDRE

in

Chapitre 12 – Les biens publics mondiaux

MES EPREUVES PROFIL

Chapitre 12 – Les biens publics mondiaux

Exercice 1 : Définition et production des biens publics globaux

1) Caractérisez les BPM.

Un BPM est un bien ou service qui cumule les caractéristiques de non-exclusion (impossibilité d’en interdire l’usage à quelqu’un) et de non-rivalité (la consommation du bien par un agent n’empêche pas les autres de le consommer) qui rendent difficile l’établissement de droits de propriété ou d’usage, excluant ainsi la possibilité de rentabiliser sur un marché les efforts de production ou de conservation.

2) Donnez des exemples de BPM.

Les routes, l’éclairage public, l’éradication d’une maladie infectieuse, l’amélioration de la qualité atmosphérique, les plages…

3) La production et la préservation des BPM est-elle aussi aisée que celle des biens publics nationaux ?

Non, car elle impose des choix dont les actions dans un pays peuvent avoir des conséquences sur le niveau de bien-être dans les autres pays du monde. Les BPM ne peuvent être gérés que par l’action conjointe de plusieurs pays.

De plus, l’absence de gouvernement mondial légal rend impossible les solutions étatiques centralisées recommandées par l’économie publique à l’échelle d’un pays.

La production et la préservation des biens publics mondiaux nécessitent la coopération et l’entente des États du monde.

Exercice 2 : Forum mondial de l’eau – Faire avancer l’accès universel à l’eau potable

1) L’eau respecte-t-elle les caractéristiques d’un BPM ?

L’eau est un BPM, mais l’eau potable n’en est plus un.

2) Quels sont les problèmes actuels et à venir de l’accès à l’eau potable suivant les pays ?

Actuellement, plus de deux milliards de personnes n’ont pas accès à l’eau salubre. En cause : le réchauffement climatique, les inondations et les sécheresses.

3) Quels sont les objectifs et moyens envisagés pour résoudre ces problèmes ? Étoffez les éléments du document de vos connaissances.

Les chefs d’État et les gouvernements cherchent les moyens de rendre l’accès à l’eau potable universel pour 2030. Les ONG écologistes se mobilisent contre la « marchandisation de l’eau » notamment par les grands groupes industriels.

La France participera à hauteur de 40 millions d’euros à des projets de la Banque africaine de développement (BAD) sur l’accès à l’eau et l’assainissement.

Exercice 3 : La protection de la biodiversité

1) Quel est le BPM au cœur du programme ?

Il s’agit de la protection de la biodiversité.

2) Quels sont les trois objectifs de la politique mise en œuvre ?

Les politiques de protection de la biodiversité s’articulent autour de trois objectifs :

–    limiter  et  réglementer  l’accès  aux  ressources,  protégeant  les  espèces  en  voie  de disparition (quotas de pêches…) ;

–   limiter l’impact de nos prélèvements sur la nature et empêcher sa destruction ;

–    encourager et valoriser les projets locaux et régionaux favorables à la préservation et à la diversification de la biodiversité (prévention notamment des jeunes à la préservation

de la biodiversité).

3) Quel est le principal « défaut » du capital environnemental qui impose son respect et

sa protection ?

Le  capital  environnemental est  épuisable,  il  est  donc  indispensable de  respecter  et  de protéger la biodiversité.

Exercice 4 : Quelques exemples de BPM et enjeux de la coopération internationale

1) Quels critères de classification ont été adoptés pour séparer les biens publics ci- dessus ?

Le  bien  public additif, tel  que la  réduction des  émissions de  gaz  à  effet de  serre. La production de ce bien dépend de la somme des contributions de chaque pays. Autrement dit, le niveau des biens publics mondiaux est égal à la somme des contributions individuelles.

Le maillon faible, comme le contrôle des maladies infectieuses ou le contrôle des feux de forêts, le niveau du bien public mondial est déterminé par l’effort le plus faible (le maillon faible).

Souvent les pays pauvres ne sont pas en mesure de financer ces biens, donc une aide extérieure (financière et technique) est nécessaire pour aider le maillon faible. D’autre part, assurer le financement de ces biens publics est plus facile, car les incitations à coopérer pour compléter la contribution la plus faible sont fortes. En d’autres termes, il est plus facile de convaincre les pays du Nord de combattre les maladies contagieuses dans les pays du Sud,

pour se protéger soi-même.

Le « best-shot goods » : le niveau de production de ce bien est déterminé par la contribution la plus forte. La recherche médicale illustre bien ce cas.

Autrement dit, une puissance hégémonique est nécessaire pour produire ces biens. L’existence d’un puissant leader peut amener la production de BPM à un niveau « optimal ».

2) Essayez de trouver d’autres exemples de biens publics selon cette classification.

Voir les réponses des étudiants.

Exercice 5 : L’application du concept de bien public à l’échelle internationale

1) Comment et pourquoi est-on passé de la notion de bien public national à celle de bien public mondial ?

Au départ la notion de bien public a été développée dans un cadre national mais on s’est bientôt rendu  compte que  certains biens  concernaient l’ensemble de  la  planète, ce  qui entraîné une transposition de ce concept à l’échelle internationale. Cela permet d’assurer une coopération nationale sans remettre en cause le libéralisme. Ce concept acquiert plus de poids auprès des Etats et des organisations internationales. Il montre que certains biens sont universels. Il permet de voir que le marché ne peut pas résoudre tous les problèmes.

2) Quelles sont les trois catégories de biens publics mondiaux ?

On distingue :

– les biens publics mondiaux naturels comme la stabilité climatique par exemple ;

– les biens publics mondiaux d’origine humaine comme les connaissances scientifiques ;

– les biens publics mondiaux qui sont des résultats politiques globaux comme la paix ou la stabilité du système financier international.

3) Pourquoi la gestion des biens publics mondiaux est-elle délicate ?

La gestion des biens publics mondiaux est délicate car elle met en jeu l’ensemble des pays de la planète qui ont chacun des intérêts différents. De plus, cette gestion demande une participation de tous, ce qui peut coûter de l’argent ou nuire à la croissance de certains états. Il faut également que les pays se mettent d’accord sur la notion de biens publics mondiaux et le niveau de production qu’ils doivent atteindre pour que tout le monde en bénéficie. C’est donc une construction complexe. De plus, un certain nombre de biens publics mondiaux demandent à  être  partagés. La  notion de  biens  publics mondiaux met  en  évidence les imperfections du marché pour résoudre tous les problèmes économiques.

Avez-vous compris ?

Le  développement des échanges et  des flux  internationaux a  nécessité de  repenser la répartition de certains biens et ressources qualifiés de biens publics mondiaux. Ces biens à l’instar des biens publics sont délaissés par le marché et leur production ou leur distribution demande l’intervention de la puissance publique. Dans le cas des biens publics mondiaux, cette intervention doit se faire à travers la coordination des interventions des nations, et une coopération franche excluant tout comportement de passager clandestin. Cependant alors que les biens publics purs supposent les trois conditions de non-rivalité, non exclusion et indivisibilité, en ce qui concerne les biens publics mondiaux, il n’est pas rare de constater que certains coûts d’accès en excluent certains pays parmi les plus pauvres. Le critère de non-rivalité n’est pas non plus respecté en raison du comportement individualiste ou de recherche de profit à court terme de certaines nations. Il est donc nécessaire de mettre en place une gouvernance mondiale de ces BPM coordonnée par les États, les Organismes internationaux, les ONG.

Nous vous accompagnons dans la préparation de vos EXAMENS OFFICIELS et CONCOURS en mettant à votre dispositions les derniers sujets des examens nationaux (G.C.ECAPBEPCPROBATOIREBACBTS,LICENCEMASTERDOCTORAT) et internationaux ainsi que les anciennes épreuves de concours d’entrée aux grandes écoles au Cameroun, en Côte d'ivoire, au Gabon, au Sénégal telles que: ENSEAMAU , ENAMENIEGIRICIFORDIDEENSETESSECIUTFGIFASAFMSBESSTICEGEMENSPENSPT,UCACENIET,POLICEMINE ET PONT , FMSPIIAFSMBEAMAC,CAFOP,INFAS Totalement gratuit sur notre site web. Ces sujets sont mis à votre disposition par les étudiants en Licence, en Master, en Doctorat et des Enseignants.

les anciens sujets des autres pays: BAC BURKINA FASOBEPC BURKINA FASO , BAC MALI,DEF MALIBAC GABONBEPC GABONBAC TOGOBEPC TOGOBAC BENINBEPC BENINBAC NIGERBEPC NIGERBAC SENEGALBFEM SENEGAL.

Nous sommes leader dans notre domaine, merci pour la confiance que vous mettez en Nous!!!!!

Cliquez ICI pour nous contacter directement

Written by mesepreuves

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

5 × quatre =

MES EPREUVES PROFIL

Chapitre 11 – Les limites à la gouvernance des échanges mondiaux

MES EPREUVES PROFIL

Chapitre 13 – La gestion des biens publics mondiaux